Mises en demeure contre une agence de voyage de Saint-Apollinaire


Imaginez-vous être sans revenu depuis quatre mois et devoir composer avec trois mises en demeure : c’est ce que vit une agence de voyage de Saint-Apollinaire. 

• À lire aussi: Des risques certains à sortir de la province

Advertisement

• À lire aussi: Impossible de se faire rembourser leur mariage dans le Sud de 30 000$

Plusieurs purchasers furieux de ne pas avoir obtenu de crédit voyage poursuivent la propriétaire Annie Caron.

Pourtant, ce n’est pas elle qui détient l’argent de ses purchasers, mais bien les compagnies aériennes.

Advertisement

«Les conversations se sont envenimées et les purchasers ont dit “On va te poursuivre Annie”! J’ai répondu que j’aillais me défendre, mais c’est dommage d’en arriver là, parce que c’était des purchasers qui étaient satisfaits au départ!», explique Annie Caron, propriétaire de l’Agence Automobile On Voyage.

L’agence estime ses pertes de revenus à 65 000 .

«Il faut quand même assurer des frais fixes comme notre native, notre téléphone et notre web…et en plus on doit payer nos avocats pour se défendre. Remark va-t-on pouvoir survivre à cette crise?», se questionne Annie Caron.

Advertisement

L’agence Automobile On Voyage a dû annuler 1500 voyages depuis le début de la pandémie. L’entreprise comprend la frustration de ses purchasers, mais elle n’a reçu aucune réponse de l’Workplace de la safety du consommateur (OPC) et ce, même après plusieurs tentatives.

«Les assureurs voyage comme Manuvie, Desjardins ou encore la Croix-Bleue envoient la balle à l’OPC, et l’OPC envoie la balle aux assureurs! Ils se renvoient la balle depuis quatre mois et ce n’est toujours pas réglé! J’aimerais avoir une réponse s’il-vous-plait pour pouvoir rassurer mes purchasers!», s’indigne Annie Caron.

L’workplace de la safety du consommateur n’a pas retourné les appels de TVA Nouvelles et idem quant au Fond d’indemnisation des purchasers des brokers de voyage (FICAV).

Advertisement

«Le FICAV a déjà reçu 30 000 demandes d’indemnisation et au niveau de l’Workplace des transports du Canada (OTC), on parle de plus de 20 000 plaintes qui ont été faites (…) Il n’y a pas un positionnement clair à savoir si les lignes aériennes doivent rembourser ou pas. Tout ça amène une énorme problématique pour les purchasers», déplore Jacob Charbonneau, PDG du web site web spécialisé VolEnRetard.ca.

Même si l’Union Européenne a rouvert ses frontières aux Canadiens, la scenario ne s’améliore pas chez les agences de voyage.

Le prix des billets d’avion à la hausse et l’incertitude de couverture de certaines compagnies d’assurance freinent l’envie de voyager de plusieurs Québécois.

Advertisement