Dollarama refuse de hausser son salaire minimal à 15 $ l’heure


Le détaillant québécois Dollarama n’a pas l’intention d’augmenter le salaire minimal de ses employés à 15 $ l’heure.

La route de Dollarama soutient que cette mesure aurait pour effet « de compliquer à outrance le processus utilisé pour établir la rémunération et limiterait sa souplesse concurrentielle dans un secteur du commerce de détail en fixed changement ».

« On est déçu, mais on n’est pas surpris », a indiqué hier le porte-parole du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC), Willie Gagnon.

Le MÉDAC a vu la semaine dernière sa proposition rejetée d’offrir un salaire important aux employés de Dollarama (soit 15 $ l’heure) lors de l’assemblée annuelle des actionnaires du détaillant montréalais.

Dollarama dit plutôt s’en remettre aux gouvernements de chaque province pour ajuster le salaire minimal sur leur territoire.

« Lorsqu’une province augmente son salaire minimal, Dollarama ajuste ses échelles salariales en conséquence », a précisé le détaillant.

En Ontario, Dollarama doit composer avec un salaire minimal de 14 $ l’heure, alors qu’il est de 15 $ l’heure en Alberta et de 12,50 $ au Québec.

Au pays, le salaire horaire des employés de Dollarama varie grandement selon les provinces, entre 10,99 $ et 39 $ l’heure, selon un relevé effectué en 2018 par la firme Certainly.

Dollarama dit ne pas éprouver, pour le second, de problèmes de recrutement, alors que d’importantes pénuries de travailleurs sévissent notamment au Québec.

Selon le MÉDAC, le salaire annuel du PDG de Dollarama, Neil Rossy, s’est élevé en 2018 à plus de four,15 M$, soit 84 fois la rémunération moyenne de ses employés.

Au dernier trimestre, Dollarama a rapporté un bénéfice web de 103,5 M$ (+2 %) sur des revenus de 828 M$ (+9,5 %).

La société, qui compte 1236 magasins, prévoit un ajout web de 60 à 70 nouveaux magasins d’ici la fin de l’exercice 2019.

Le MÉDAC a également confirmé son intention d’étendre ses demandes de faire progresser le salaire minimal à 15 $ à d’autres détaillants québécois l’an prochain.

« On pense le faire avec Couche-Tard et avec Metro lors des assemblées annuelles », a fait savoir M. Gagnon.

Un salaire minimal de 15 $ l’heure pourrait être en 2019 le salaire minimal qu’une entreprise responsable devrait verser à ses employés, croit le MÉDAC.

Dans le secteur du commerce au détail, certains détaillants québécois n’hésitent pas à outrepasser cette règle.

Par exemple, le détaillant de vêtements La Maison Simons a haussé l’an dernier le salaire minimal de ses employés à 16 $ l’heure au pays.